La prothèse totale de hanche

La consultation

C’est à l’issue de la consultation avec le docteur Fouilleron qu’est posée l’indication d’une intervention chirurgicale de pose de prothèse totale de hanche. Vous serez informés des avantages et des inconvénients d’une prothèse totale de hanche et des possibilités techniques en fonction de votre cas. Un bilan radiographique récent est indispensable afin de mesurer l’importance de l’usure et planifier l’implantation de la prothèse.

La voie d’abord pour poser une prothèse de hanche

La voie utilisée par le docteur Fouilleron pour l’implantation de la prothèse est une voie antérieure (voie de Hueter), parfois postérieure, par une technique mini-invasive qui permet une préservation optimale des muscles et parties molles. La taille de l’incision varie de 5 à 12 cm selon la corpulence du patient.

Les implants

Dans le bassin, la pièce prothétique n’est jamais cimentée, après une préparation par des fraises motorisées elle est impactée en surpression (press-fit) et reçoit la surface articulaire qui servira au frottement prothétique. L’intégration de la prothèse dans l’os conditionne une fixation durable.

Sur le versant fémoral, le col est coupé à la scie puis l’os est préparé de manière à recevoir la future prothèse. Le plus souvent non cimentée cette prothèse possède un cône morse qui recevra une tête prothétique s’articulant avec la prothèse du bassin.

Cliquez sur les miniatures pour agrandir les photos.

Les matériaux des prothèses de hanche

Le docteur Fouilleron utilise deux couples de frottements lors de la pose d’une prothèse totale de hanche. Il s’agit de matériaux dont l’usure est négligeable car inférieure à un micromètre par an. Le matériau utilisé pour la tête fémoral et le bassin doit impérativement être de la même matière et de la même dureté.

La céramique :

Fabriquée par un procédé de cuisson, la céramique fait preuve d’une dureté très importante et qui en fait le matériau le plus utilisé actuellement.

Le polyethylène:

il s’agit d’un polymère utilisé depuis de nombreuse années, les innovations technologique ont permis de concevoir des materiaux de grande dureté, d’usure faible et sans risque de fracture.

La longévité de la prothèse de hanche : importance de la fixation et de l’usure

La fixation de l’implant dans l’os :

Elle est capitale et directement dépendante du dessin de la prothèse et de son traitement de surface. Le revêtement est en titane avec la possibilité d’y adjoindre une couche d’Hydroxy-apatite, substance favorisant l’intégration de la prothèse dans l’os. Dans des cas de fragilité osseuse, la cimentation permet une excellent tenue et de ne pas risquer un enfoncement de la tige fémorale.

L’usure :

Point faible des prothèses utilisant le plastique (PolyEthylene) comme surface de frottement, les phénomènes d’usure ont pu être améliorés avec la conception de surface de frottement dures (céramique-céramique). De nouveaux plastiques ont été élaborés avec une usure toujours plus faible mais restant directement liée à l’activité physique ce qui est un problème chez les patients jeunes et actifs.

Modalités

Avant l’intervention :
Consultation avec le médecin anesthésiste et bilan pré-anesthésique.
La réunion d’éducation thérapeutique: Le Dr Fouilleron propose à tous ses patients de participer à une réunion leur permettant de mieux comprendre les objectifs de récupération rapide après prothèse de hanche. Cette réunion est un moment important pour les patients qui peuvent rencontrer et discuter avec les différents acteurs du séjour hospitalier: chirurgien,kinésithérapeute,cadre infirmier,anesthésistes. La réunion se déroule au sein du service et avec la participation de patients récemment opérés venant témoigner de leur vécu de l’opération.

Hospitalisation
Elle peut être réalisée dans le cadre de l’ambulatoire (entrée et sortie le jour de l’intervention). La durée d’hospitalisation n’excède pas 3 jours. Les patients sont levés le jour même de l’opération et peuvent alors débuter la rééducation. Le lendemain la séance de kinésithérapie a pour objectif de rendre l’autonomie au patient: marche avec une béquille le plus souvent et pratique des escaliers. A partir de ce moment la sortie au domicile est possible.
L’anesthésie peut être une anesthésie générale ou bien du bas du corps (Rachis-anesthésie).

Suites opératoires
Arrêt de travail 6 semaines environ.
Conduite automobile après 10 jours
Reprise du sport après 6 semaines

Complications

Les complications possibles liées à l’anesthésie seront abordées par l’anesthésiste lors de la consultation d’anesthésie préopératoire.

  • Phlébite et embolie pulmonaire
  • Luxation de la prothèse :
    Cette complication nécessite une courte anesthésie générale pour remettre la prothèse en place en mobilisant la hanche, sans ré-intervention chirurgicale.
  • Infection de la prothèse :
    l’infection peut se produire rapidement après l’opération par un défaut de fermeture de la cicatrice, parfois l’infection survient tardivement, plusieurs mois ou années après l’opération. Ces infections tardives sont le plus souvent secondaires au passage dans le sang de bactéries qui contaminent la prothèse. Dans tous les cas une opération de lavage de prothèse est nécessaire ainsi qu’une antibiothérapie de longue durée.
  • hématome
L’information mise à disposition sur le site vise à soutenir et non à remplacer la relation entre un patient et son médecin.

Dernière modification de cette page : 19 septembre 2014